Accueil
Doxa

Doxa SUB 200

Matière du boîtier
Acier
Bracelet
Acier
Boucle
Boucle déployante
Etanchéité
200 m
Taille
ø 42 mm
Epaisseur
14 mm
Mouvement
Mécanique à remontage automatique
Réserve de marche: 42 h, 28800 alternances / heures
Fonctions
Heures, Minutes, Secondes, Date
Lunette tournante unidirectionelle
Référence
799.10.101.10
Année
2019
Collection
SUB 200
Prix TTC
990 CHF
Description

A l’occasion de Baselworld 2019, DOXA présente une réédition de la DOXA SUB 200 en acier, pour célébrer le 130ème anniversaire de la marque.

Tout comme le modèle original, cette montre de plongée 3 aiguilles DOXA dispose d’un boitier réalisé d’un seul bloc d’acier inoxydable 316L de la plus haute qualité.

D’un diamètre de 42 mm, la DOXA SUB 200 est coiffée d’un verre saphir inrayable qui reprend la forme si particulière du plexiglas bombé d’antan. Avec une étanchéité à 20 ATM équivalent à 200 mètres, le modèle présente une lunette tournante unidirectionnelle. L’indication des minutes et à 12H, le point lumineux en SuperLuminova™ beige « Light Old Radium » accentue le caractère vintage.

L’ensemble est animé par un calibre mécanique automatique suisse ETA 2824-2, complété du fameux bracelet en mailles de type « grains de riz » DOXA qui est aussi réalisé en acier 316L, prolongé d’une boucle déployante avec extension de plongée.

Signes distinctifs de cette série : un cadran noir velvet avec ses aiguilles de type bâton et ses indexes en appliques remplis SuperLuminova™ beige « Light Old Radium ».

DOXA, la légende perdure

Il est encore des marques horlogères suisses très discrètes, toujours en activité continue, à l’histoire riche et passionnante, dans l’horlogerie suisse. DOXA en est un bel exemple.

Restée si discrète, aujourd’hui installée à Bienne au cœur du tissu industriel horloger, c’est l’une des marques mythiques dans le domaine des montres de plongée. De nombreux brevets, de nombreux prix dans les expositions nationales et internationales lui confèrent un héritage remarquable et hors du commun.

Il y a 130 ans, en 1889, la Fabrique suisse des montres DOXA au Locle sous le nom « Georges Ducommun, Fabrique des montres DOXA » voit le jour. Son avenir est prometteur. La marque ne fabrique pas seulement des montres de gousset, mais équipe aussi les premières automobiles telles que les premiers modèles BUGATTI, avec une horloge équipée du mouvement breveté DOXA 8-DAY, une montre spécialement conçue pour les tableaux de bord des voitures.

La marque reçoit à l’époque déjà de nombreux prix parmi lesquels la Médaille d’or de l’exposition internationale de Milan. Des brevets sont déposés régulièrement. En 1915, l’entreprise emploie plusieurs centaines de personnes, horlogers, concepteurs, ingénieurs.

En 1925, G. Ducommun représentant DOXA, est élu Vice-Président de l’International Horology Group et Président de l’Association horlogère suisse de l’Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Paris (pour les férus d’histoire, c’est à cette occasion que le style « Art Déco » voit le jour ; il doit son nom à l’exposition). Il faut se souvenir que lorsque Georges Ducommun décède en 1936, c’est Jacques Nardin, petit-fils du célèbre horloger Ulysse Nardin, qui prend la direction. Quand en 1964 DOXA célèbre ses 75 années d’existence, la marque reçoit un premier Prix à l’exposition Nationale suisse de Lausanne.

L’histoire DOXA SUB

Début des années 60 : L’appel du « Monde du Silence »

Le cadran des montres de plongée change pour toujours

La course à l'espace est lancée. Pourtant, en même temps que le monde porte son regard vers les étoiles, un autre univers, plus proche mais toujours aussi mystérieux nous appelle à l’explorer : la mer.

Nous sommes en 1964, Urs Eschle, responsable du développement des produits, voit où tous ces fascinants documentaires, émissions de télévision et articles de magazines sur les mystères et aventures sous-marines vont nous mener. Les montres de plongée existent depuis une décennie, mais à toutes fins pratiques, elles sont conçues pour les plongeurs militaires et professionnels – et leur prix est prohibitif.

Urs, lui, envisage une montre fiable et abordable, conçue spécialement pour un public croissant d’adeptes de la plongée sous-marine. Il met en place une équipe dont feront aussi partie des plongeurs professionnels comme Claude Wesly, déjà une légende de par ses missions avec Jacques-Yves Cousteau et sa participation aux missions de plongée Précontinent I, II, et III initiées en 1962, similaires aux projet Sealab d’étude sur les habitats sous-marins qui sera mené quelques années plus tard par l'US Navy.

Fidèles au principe "Une montre de haute qualité à un prix raisonnable" énoncé près d’un siècle auparavant par Georges Ducommun, fondateur de DOXA, ils se mettent au travail.

Une mission : Développer la montre de plongée idéale

Pour Urs et son équipe, il ne s'agit pas de fabriquer une montre attrayante, abordable et étanche. Ils se rendent parfaitement compte que l’environnement sous-marin n'est pas sans risques et que les plongeurs dépendent de leur montre pour leur sécurité. C'est avec ce sens de la mission et de la précision qu’est entamé un processus de trois ans pour développer la montre de plongée DOXA parfaite.

Chaque aspect de ce qui fait d'une montre une véritable montre de plongée est examiné et réexaminé jusqu’à ce que la meilleure solution soit trouvée. Un cadran orange, car moult tests montrent qu'il offre une visibilité optimale même à 30 mètres. Une aiguille des minutes plus large, rapidement repérable, parce qu'un plongeur mesure le temps en minutes et non en heures. Un boîtier en acier d’une seule pièce pour assurer l'étanchéité. Un bracelet avec un cliquet intégré dans le fermoir pour le régler sans devoir retirer des maillons. Un fermoir permettant avec un geste simple de passer à un plus grand diamètre de poignet lorsqu'on endosse une combinaison de plongée.

L'innovation la plus marquante : une nouvelle lunette unidirectionnelle avec une double indication mettant le temps de plongée en relation avec la profondeur pour assurer une remontée sans paliers de décompression. À l'époque, la table de plongée sans décompression de l'US Navy est la bible, permettant aux plongeurs de surveiller le temps sous l'eau en fonction de la profondeur pour assurer un retour continu à la surface en toute sécurité. Les ingénieurs de DOXA reprennent les valeurs de l’US NAVY et incorporent donc deux échelles séparées dans la lunette, l'une orange pour l'anneau extérieur "profondeur" et l'autre noire pour l'anneau intérieur "minutes" - un brevet DOXA.

Lancement du concept DOXA SUB

Dévoilée à Baselworld et commercialisée en 1967, le concept DOXA SUB devient la première montre de plongée 100% professionnelle abordable pour un plus grand public. Les innovations radicales qu’elle présente en font rapidement la référence pour les professionnels aussi.

C’est une montre étanche qui inclut pour la première fois une lunette rotative brevetée permettant de contrôler la durée de plongée afin d’assurer une remontée sans paliers de décompression. Cette montre deviendra une légende facilement reconnaissable car elle présente également pour la première fois pour une montre de plongée, un cadran orange contrastant avec les fonds traditionnels noirs ou blancs. De plus, avec ses indexes proéminents et l’aiguille des minutes surdimensionnée remplis de Luminova™ beige, le cadran permet de lire encore plus facilement les informations utiles dans la pénombre des fonds marins.

Le Commandant Jacques-Yves Cousteau, co-inventeur du scaphandre autonome « Aqua Lung » et le père spirituel de la plongée sous-marine moderne, apprécie le concept DOXA SUB au point qu'il négocie l'exclusivité de la distribution pour sa société américaine, US Divers. Les montres de plongée DOXA vendues au détail par US Divers en Amérique arborent le logo « Aqua Lung » imprimé sur leurs cadrans, caractérisé par une bouteille d’air comprimé et les tuyaux du détendeur que Cousteau et son compatriote Émile Gagnan avaient développé en 1942.

Pendant la période de conception et de développement de la première série de pièces brandées, un petit lot de modèles SUB est produit avec un logo « Aqua Lung » en noir et jaune. Au cours des essais, cette version est finalement abandonnée au profit d'une meilleure lisibilité. On estime que seuls quelques exemplaires de cette collection, surnommée "Poumon Noir", ont été commercialisés. Autant dire qu’ils représentent aujourd'hui le Graal de la collection DOXA SUB.

A partir de 1968, le cadran orange devient signe de reconnaissance au poignet des plongeurs qui sautent de la « Calypso » pour emmener des millions de téléspectateurs sur les missions légendaires de « L’Odyssée sous-marine de l'équipe Cousteau ».

Perfectionnement du Concept DOXA SUB

En Suisse, Urs et son équipe continuent de perfectionner le concept et en 1969 sort la DOXA SUB 300T Conquistador, la première montre de plongée grand public équipée d'une valve à hélium, fruit d’une collaboration avec Rolex.

Tout comme la plongée à grande profondeur peut être dangereuse pour un plongeur si l'azote qui s’accumule dans le sang n'est pas entièrement dissipé au fil d’une décompression graduelle en remontant, une montre de plongée peut être endommagée par l'hélium qui peut pénétrer les joints d'un boîtier et faire sauter le cristal. Le VRC résout ce problème en permettant à l'hélium de s’échapper, tout en empêchant l'eau de pénétrer dans le boîtier de la montre. Aujourd'hui, la Conquistador est l'une des montres de plongée les plus recherchées.

En 1969, les montres DOXA SUB deviennent Montres Officielles de l’unité des plongeurs d’élite de l’Armée Suisse.

« The Orangemania »

A l’époque, reconnues comme montres de plongée parmi les plus précises et les plus résistantes du monde, la sécurité des plongeurs professionnels et sportifs était assurée par les nombreux avantages techniques des séries DOXA SUB.

Au cours des années qui suivent, le concept DOXA SUB est continuellement amélioré, s’assurant un public fidèle parmi les plongeurs professionnels et amateurs à travers le monde. Des héros de fiction, aussi, sont fans. Les DOXA SUB apparaissent régulièrement dans les romans du célèbre écrivain américain le Dr. Clive Cussler, véritable ami-ambassadeur de la marque et fondateur de la NUMA - National Underwater Marine Agency, association privée à but non lucratif  dédiée à la préservation de l'héritage maritime par la découverte et la conservation du patrimoine archéologique sous-marin.

Au cinéma, on se souvient que Robert Redford porte une légendaire DOXA SUB 300T Sharkhunter dans le film « Les trois jours du Condor ». Dans le film « Sahara », Matthew McConaughey – incarnant le héros fétiche Dirk Pitt de Clive Cussler – porte une SUB 600T Professional.

En 2014, DOXA soutient le projet historique de Fabien Cousteau, Mission 31 : 31 jours dans le laboratoire-habitat sous-marin « Aquarius » au large de la Floride. Un nouveau record pour l'exploration océanique que DOXA commémore avec une série de 331 unités de la célèbre DOXA SUB 300 à face orange.

Les « DOXA SUB » restent parmi les montres de plongée les plus emblématiques de l'histoire horlogère. Et la légende perdure.

A propos de DOXA

Depuis 1889, la tradition au service de l'avenir

Fondée en 1889 par Georges Ducommun au cœur du Jura, dans le canton de Neuchâtel, en Suisse, DOXA partage le berceau de l'excellence horlogère suisse avec certaines des marques de montres les plus célèbres au monde.

Le succès ne se fait pas attendre et en 1906, une montre de poche DOXA antimagnétique remporte la médaille d'or à la foire de Milan. Déjà connu pour ses garde-temps de "haute qualité à un prix raisonnable", DOXA devient rapidement synonyme de novateur en concevant un garde-temps pour l’invention qui est en train de changer le monde : l’automobile. Le calibre DOXA 8-DAY avec une réserve de marche révolutionnaire de 8 jours, breveté en 1907, équipe de série les premières Bugatti, Mercedes et Peugeot, et peu après même des bateaux et des avions.

Si la production de garde-temps pour le voyage et le sport reste une priorité au cours des décennies suivantes, DOXA continue à développer des montres pour tous les types de clients. Parmi les innovations, citons une complication de la date du jour avec une aiguille séparée pour indiquer le jour du mois et une aiguille des secondes sautante. En 1957, la marque dévoile un de ses plus beaux succès qui deviendra aussi un classique : la collection « Grafic » d'inspiration Bauhaus.

Le concept DOXA SUB, lancé en 1967, est la première montre de plongée professionnelle destinée au grand public. Profitant de l’étroite collaboration avec la célèbre organisation de plongée sportive « US Divers », dirigée à l'époque par le légendaire Commandant Cousteau, le concept « DOXA SUB » intègre des innovations radicales qui en font aussi la référence pour les militaires et les professionnels.

Aujourd'hui, DOXA poursuit avec un profond respect sa riche tradition et une attention sans compromis pour créer des montres pour la femme et l'homme d'aujourd'hui.

Engagement et indépendance

L'actuel CEO de DOXA, Romeo F. Jenny, reste fidèle à la stratégie établie par Georges Ducommun de produire des montres de haute qualité à des prix abordables. Cet engagement s'inscrit également dans le cadre de l'exigence de DOXA que tous les fournisseurs respectent des normes éthiques strictes pour une fabrication socialement et écologiquement acceptable, et de l'appui de DOXA aux programmes de recherche en biologie marine.

Le statut indépendant de DOXA permet à la marque d'agir rapidement et de s'adapter aux changements du marché - et de concentrer ses efforts sur la création de montres innovantes qui allient haute précision et finesse technique à qualité, fiabilité, fonctionnalité et style.

Fort d'un riche patrimoine, DOXA se tourne vers l'avenir. « Dans chaque montre DOXA, vous pouvez ressentir l'esprit DOXA qui accorde le savoir-faire horloger avec la passion pure pour la création de grands garde-temps. Une DOXA inspire. »

Romeo F. Jenny, CEO de « Montres DOXA SA »