Accueil
Ulysse Nardin

Ulysse Anchor Tourbillon

Matière du boîtier
Or gris
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Finition du cadran
Email
Etanchéité
30 m
Taille
ø 44 mm
Epaisseur
11.85 mm
Mouvement
Mécanique à remontage automatique
Réserve de marche: 192 h, 18000 alternances / heures
Echappement silicium
Fonctions
Heures, Minutes, Réserve de marche, Tourbillon
Référence
1780-133
Année
2015
Collection
Classico / Série limitée à 18 exemplaires
Prix HT
88'000 CHF
Description

 
Vidéo
 
Ulysse Anchor Tourbillon
 
Condensé de technologie mécanique dans une robe intemporelle d’or et d’émail, ce nouveau modèle intègre le Constant Ulysse Anchor Escapement, un échappement à force constante dont la conception rompt totalement  avec l’approche traditionnelle de l’horlogerie. Un courant de rupture sur lequel aime naviguer Ulysse Nardin.
 
Poussée par sa perpétuelle quête d’innovation qui fait d’elle l’une des manufactures les plus dynamiques qui soit, Ulysse Nardin pose en 2015 une nouvelle balise sur l’océan capricieux de la haute horlogerie. Véritable Première Mondiale, la nouvelle Ulysse Anchor Tourbillon est un condensé de technologie mécanique avant-gardiste dans une robe intemporelle d’or et d’émail. Fruit de huit années de recherche et développement, le constant Ulysse Anchor escapement, son échappement entièrement en silicium, présente une architecture inédite à ce jour, basée sur le principe des mécanismes flexibles utilisant l’élasticité de ressorts à lames. Achèvement de la version prototypique présentée en 2014, ce dispositif est aujourd’hui ce qui se fait de plus sophistiqué en matière de chronométrie : d’abord, affranchi de sa tige de pivotement, l’ancre évolue sans aucun frottement ; ensuite, les améliorations géométriques apportées à l’ancre, à la roue d’échappement et aux ressorts à lames ont fait naître un échappement à force constante ; enfin, ce néologisme horloger est embarqué à l’intérieur d’une cage de tourbillon, apogée du savoir-faire traditionnel.
 
Ulysse Nardin a de tout temps été animée d’un esprit pionnier : en 2001, la manufacture fut la première à développer un échappement en silicium ; première en 2002, à  tester un spiral en diamant ; première à utiliser le silicium pour son échappement – déjà phénoménal – Dual Ulysse en 2005 ; première à équiper une montre d’un échappement en diamant en 2005 aussi ; première enfin à utiliser le silicium comme noyau pour la croissance de diamant, le DIAMonSIL.
 
En collaboration avec Sigatec – société spécialisée dans la réalisation de micro-composants en silicium dont elle est co-propriétaire –, la Maison du Locle a passé pas moins de huit ans à mettre au point ce qui apparait aujourd’hui comme un changement de paradigme dans l’approche de l’horlogerie mécanique. Bousculant le principe traditionnel de l’échappement à ancre suisse, le nouveau constant Ulysse Anchor escapement met en scène un cadre circulaire au centre duquel est fixée une ancre, maintenue en l’air dans un même plan par deux lamelles au diamètre plus fin que le dixième de celui d’un cheveu. Perpendiculaires l’une à l’autre, celles-ci sont flambées – c'est-à-dire mises sous tension de manière à les arquer et les maintenir dans un état bi-stable.
 
Ce dispositif complexe, entièrement réalisé en silicium grâce à la technique de gravure profonde DRIE, use de la propriété physique des ressorts à lames à se déformer dans l’axe gauche-droite tout en restant parfaitement rigide dans l’axe haut-bas, reproduisant ainsi les fonctions cinématiques d’un pivot. L’impulsion émise à chaque alternance du balancier va donc transmettre son énergie aux lamelles, lesquelles vont basculer d’un état d’équilibre à un autre, à la manière d’une barrette à cheveux « clic-clac ». L’ancre, dénuée d’axe si ce n’est virtuel, va ainsi pivoter d’un côté et de l’autre sans générer de force de frottement.
 
Mais le meilleur est à venir : redessinée, la palette de l’ancre intègre désormais un plan de réarmage. En venant glisser sur cette surface jusqu’à un plan d’arrêt, la dent de la roue d’échappement vient ramener, en tout temps, l’ancre jusqu’environ 3° seulement de la ligne des centres – cette droite imaginaire qui relie le centre du balancier au centre de la roue d’échappement et qui définit la limite d’équilibre du système. Ainsi, l’énergie dont a besoin le balancier pour pousser l’ancre jusqu’à son point de basculement est plus faible que celle qui lui est restituée juste après par le déploiement des ressorts à lames. Ce bilan énergétique positif permet donc d’entretenir les oscillations du balancier de manière constante. En effet, ce jeu de forces n’est pas influencé par le couple moteur insufflé à la roue d’échappement, laquelle n’entre en mouvement qu’une fois le basculement de l’ancre effectué.
 
Ultime touche de l’artiste, cette construction époustouflante vient prendre place dans un tourbillon 60 secondes dont la cage de 35 composants ne pèse que 0,4 gr. Par son amplitude constante quel que soit le degré d’armage des deux barillets montés en série, cet organe oscillant hors du commun est une avancée majeure dans le domaine de la précision chronométrique. Visible par une large ouverture dans le cadran à 6h, il est auréolé d’une indication de la réserve de marche de minimum 7 jours, sur un arc de cercle de 140°.
 
Ce calibre UN-178 prend place dans un boitier en or rose ou en or gris de la collection Classico. Un écrin aux lignes traditionnelles magnifiées par un cadran blanc en émail Grand Feu réalisé grâce à l’extraordinaire savoir-faire de la société Donzé Cadrans, propriété d’Ulysse Nardin. Proposée en éditions limitées de deux fois 18 exemplaires, l’Ulysse Anchor Tourbillon sera disponible en vitrine dès le mois de mai.