Accueil
Montblanc

TimeWriter I Metamorphosis

Boîtier
Or blanc
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Etanchéité
30 m
Taille
47 x 15.8 mm
Mouvement
Mécanique à remontage manuel
Réserve de marche: 50 h, 18000 alternances / heures
Fonctions
Heures, Minutes, Secondes, Date, Jour, Chronographe, -
Référence
106168
Année
2011
Collection
Montblanc TimeWriter / Série limitée à 28 exemplaires
Prix HT
313'700 CHF
Description
TimeWriter : Grâce à Montblanc l'Institut Minerva encourage les jeunes talents
En fondant l'Institut Minerva de Recherche en Haute Horlogerie, Montblanc n'a pas uniquement assuré la survie d'une manufacture à la renommée légendaire dans le domaine des chronographes, mais lui a également confié la noble mission d'encourager les jeunes talents dont l'esprit d'innovation et le dynamisme représentent autant de contributions inédites à l'art ancestral de l'horlogerie. A cet effet, Montblanc a créé le concept « TimeWriter », par lequel la marque souhaite soutenir les projets de créateurs aux idées novatrices qui désirent embrasser la carrière d'horloger indépendant. L'Institut Minerva prévoit de présenter un projet tous les deux ans. Montblanc présente le premier projet réalisé sous les auspices de l'Institut Minerva de Recherche en Haute Horlogerie: Montblanc Metamorphosis.

Montblanc Metamorphosis: Une montre au double visage pour deux fonctions
La Metamorphosis relève avec une prodigieuse inventivité le défi d'associer les principes de l'horlogerie traditionnelle avec la conception d'un garde-temps aux spécificités extraordinaires, tel qu'il n'en avait jamais existé précédemment sous cette forme. Le premier projet de la ligne TimeWriter, qui est basé sur le chronographe Montblanc calibre MB M16.29, répond à deux objectifs : accorder un soutien à des talents prometteurs et associer la tradition à l'innovation. Fidèle à ces principes essentiels, le conseil de fondation de l'Institut Minerva s'est déclaré fortement impressionné par les idées de deux jeunes spécialistes en horlogerie, Johnny Girardin et Franck Orny, qui leur ont soumis le projet d'une montre au double visage. A l'évidence, un garde-temps qui dispose de deux cadrans pour afficher des fonctions différentes ne représente pas une innovation en soi, mais la manière dont la Metamorphosis de Montblanc se transforme elle-même est absolument unique. Il suffit en effet de déplacer une targette vers le bas ou vers le haut pour changer une montre qui indique les heures, les minutes, les secondes et le quantième en un chronographe ou vice-versa. Afin de réaliser cette mue par des moyens purement mécaniques, Johnny Girardin et Franck Orny ont puisé dans l'ensemble de leur savoir-faire horloger et recouru à des méthodes utilisées dans la construction des automates – un ancien métier d'art longtemps pratiqué, à l'instar de l'horlogerie, dans les montagnes du Jura suisse. Dans une parfaite synthèse entre tradition et innovation, ce mécanisme de transformation révolutionnaire se fonde sur le superbe calibre chronographe MB M16.29, fabriqué et assemblé à la main.

La face du temps civil
Avant la métamorphose, l'observateur peut contempler un grand boîtier en forme de goutte avec un cadran qui offre un affichage inhabituel de l'heure, aussi connue sous le nom de « temps civil ». Un compteur de style régulateur avec la seule aiguille des heures et une volée de chiffres romains occupe la position à 12 heures alors que l'aiguille rétrograde des minutes au centre du cadran se déplace dans un arc de cercle situé entre 8 heures et 4 heures. Une grande aiguille des secondes partage l'axe central et décrit une révolution par minute. L'échelle du quantième, également indiquée par une aiguille, est disposée à 6 heures. L'ensemble de ces indications permet ainsi de connaître le temps civil et la date actuelle. Cependant, à l'instant où l'amateur d'horlogerie ne résiste pas à la tentation de faire coulisser la targette sur le flanc gauche du boîtier de 10 heures à 8 heures, cette prodigieuse création horlogère commence une métamorphose destinée à la transformer en un chronographe dans une durée approximative de quinze secondes.

La transformation
A l'image d'une pièce de théâtre où deux scènes consécutives se jouent dans un décor différent, le cadran de la montre change avec une rapidité impressionnante au cours de la métamorphose. Quatre ailes s'ouvrent dans la partie inférieure du cadran avant de glisser les unes sous les autres et disparaître, à gauche et à droite, sous la barre centrale. Simultanément, une séquence analogue se déroule avec les deux ailes situées sur l'affichage de type régulateur à 12 heures. A l'issue de ce processus, un compteur apparaît et s'élève comme hissé par un ascenseur à 6 heures. Ce disque rotatif est le compteur des minutes du chronographe. Il contient une ouverture qui, au fur et à mesure de sa progression vers le haut, « avale » l'aiguille de la date. Ce dispositif entièrement mécanique, apparenté par son fonctionnement au principe du monte-charge, suscitera à coup sûr la stupéfaction et l'admiration des aficionados de Haute Horlogerie qui assisteront à cette transformation sans précédent.

La face dédiée à la mesure de brefs intervalles de temps
Après sa métamorphose, cet authentique chef-d'œuvre de la mesure mécanique du temps présente un visage entièrement dédié à la fonction chronographe. La face vouée au temps civil arborait une élégance classique avec ses chiffres romains et l'alternance chromatique traditionnelle entre des éléments noirs et argentés. Cependant, une fois la mue achevée, le cadran du chronographe affiche des chiffres arabes avec des indications rouges afin de souligner l'aspect sportif et technique d'un instrument conçu pour mesurer de brefs intervalles de temps. Les heures sont toujours affichées à 12h et les minutes rétrogrades au centre.
La seconde permanente au centre est devenue l'aiguille centrale du chronographe alors que le disque pivotant qui s'est élevé à 6 heures se singularise par un détail inhabituel : il porte une échelle des minutes du chronographe numérotée de 01 à 31. Une aiguille fixe sur la barre centrale du cadran indique la minute actuellement comptée. Aucune considération technique n'explique le choix de cette échelle inhabituelle de 31 minutes. Les deux constructeurs ont simplement souhaité rappeler par un clin d'œil que l'affichage du quantième peut également occuper cette position. Le futur propriétaire de cette montre hors du commun appréciera sans nul doute la présence de tels détails, notamment lorsqu'il remarquera que les deux ensembles d'affichages fonctionnent de manière entièrement indépendante. Alors que le disque des minutes poursuit incessamment ses rotations, l'aiguille de la date se déplace d'une manière « semi-instantanée ».