Accueil
TAG Heuer

Monaco V4 Concept Watch

Boîtier
-
Bracelet
-
Boucle
-
Mouvement
-
Référence
N/A
Collection
-
Description

L'alliance époustouflante de technologies d'avant-garde et d'un mouvement mécanique de conception révolutionnaire, intégrée dans une version audacieuse de l'emblématique modèle TAG Heuer Monaco


"If at first the idea is not absurd, then there is no hope for it."
Albert Einstein

D'emblée, TAG Heuer a pris la tête de la tradition horlogère suisse en défiant ses conventions les plus ancrées et en innovant inlassablement. Fondée à un âge d'or de son secteur d'activité, la marque a su à maintes reprises révolutionner l'univers du chronométrage et de l'horlogerie. Aujourd'hui, avec le lancement du Concept Watch TAG Heuer Monaco V4, premier véritable mouvement mécanique du troisième millénaire, à l'occasion du salon horloger de Bâle 2004, la tradition perdure. Une fois de plus, cette fois-ci en réinventant le mouvement mécanique, TAG Heuer revendique son rang à la pointe de l'horlogerie et fait honneur à sa devise : " L'avant-garde suisse depuis 1860. "


TAG Heuer à travers l'histoire : horloger officiel de l'avant-garde

Pour retracer l'histoire de l'horlogerie moderne, il faut remonter de quatre siècles dans le temps, jusqu'à l'invention du spiral par Huygens en 1675. L'avancée majeure suivante a lieu en 1753, lorsque Beaumarchais crée la première montre à échappement. En 1770, Perrelet conçoit le premier mouvement automatique. Quinze ans plus tard, Breguet invente le tourbillon, suivi en 1822 du premier chronographe.
TAG Heuer apporte sa première contribution marquante à l'horlogerie suisse en 1897 sous la forme du pignon oscillant, qui constitue aujourd'hui encore un composant essentiel des chronographes mécaniques traditionnels. En 1916, TAG Heuer repousse une nouvelle fois les limites de la technologie grâce au Micrograph, premier chronographe précis au 100e de seconde. En 1966, le Microtimer de TAG Heuer est le premier instrument de chronométrage précis au 1000e de seconde. En 1969, à Bâle, TAG Heuer révolutionne le monde des chronographes en devenant la première marque à commercialiser un mouvement chronographe automatique, le fameux Chronomatic 11, doté d'un microrotor pour remonter les barillets. Au cours de cette même période, la marque inaugure la technologie suisse du quartz et lance les premiers mouvements suisses à diodes électroluminescentes (LED) et affichage à cristaux liquides (LCD). Le Chronosplit Manhattan, l'un des premiers chronographes à affichage numérique et analogique, présenté en 1975, en sera le fleuron. En 2002, TAG Heuer dévoile le modèle Microtimer, premier chronographe-bracelet suisse de prestige précis au 1/1 000e de seconde et lauréat du prix du meilleur design au Grand Prix d'Horlogerie de Genève.

"If you don't risk anything, you risk even more."
Erica Jong

Moteurs et mouvements : l'enjeu de la technologie du troisième millénaire

TAG Heuer ayant hissé la technologie du mouvement à quartz au summum de ses performances, la marque a décidé de consacrer ses prouesses d'ingénierie et de design au mouvement mécanique. En effet, en dépit des multiples révolutions survenues au cœur même de la mesure du temps, le mouvement mécanique lui n'a guère évolué. Le mécanisme traditionnel de la chaîne cinétique de pignons tient toujours le haut du pavé.

Quel type d'innovations horlogères le XXIe siècle apportera-t-il ? Aucune d'envergure, estiment la plupart des connaisseurs du milieu horloger ; elles ont déjà toutes été inventées. Faux : les concepteurs et ingénieurs de TAG Heuer ont une fois de plus remis à plat les fondements de la conception du mouvement horloger et rompu avec la tradition à plusieurs égards, et non des moindres. Ainsi, l'élite des ingénieurs et horlogers de TAG Heuer, en collaboration avec l'inventeur et concepteur Jean-François Ruchonnet, s'est attelée il y a deux ans à décortiquer les concepts fondamentaux du mouvement horloger mécanique, dans la plus stricte politique de confidentialité. Ce qui est né sous forme d'idée et d'une feuille blanche est désormais le Concept Watch TAG Heuer Monaco V4, que l'on pourra contempler pour la première fois lors du salon de Bâle 2004.

Les composants et la platine du modèle V4 ont été élaborés et usinés à l'atelier TAG Heuer de La Chaux-de-Fonds, puis assemblés et terminés par un éminent horloger suisse. Le nom V4 est tiré des quatre barillets du mouvement, montés sur une platine en V orientée à 15 degrés, à l'instar des cylindres d'un moteur de course haut de gamme. Il rend également hommage à l'inspiration du mouvement : bien que le modèle V4 s'appuie sur les plus récents concepts de la technologie industrielle, sa véritable muse est bien le monde des moteurs de course de hautes technologies et de hautes performances.

Un mouvement mécanique révolutionnaire dans une pièce horlogère d'une extrême audace

Tout comme pour un moteur de voiture, les facteurs dynamiques mécaniques fondamentaux agissant sur une montre sont : la transmission, la friction, le couple et la puissance. A partir de ce parallèle, l'équipe de concepteurs, horlogers et ingénieurs de TAG Heuer a opposé trois réponses non orthodoxes aux préceptes traditionnels de l'horlogerie.
Ces traditions nous dictent par exemple que l'énergie d'un mouvement doit être transmise par des rouages ; que les axes rotatifs doivent être munis de rubis synthétiques comme roulements ; et qu'une masse oscillante tournant sur son propre axe fournit l'énergie aux barillets à ressort d'un mouvement. Rien de tout cela n'est vrai dans le nouveau mouvement V4.

Précepte n° 1 : les pignons sont le seul mode de transmission possible.

> TAG Heuer dépose le premier brevet de transmission par courroie dans un mouvement horloger.


Le mouvement V4 remplace les pignons du mouvement mécanique traditionnel par une série de treize courroies dont la tension est contrôlée par des tendeurs et les dimensions, plus que modestes, sont de 0,5 x 0,45 mm.
Il est bien plus efficace de relier et d'actionner deux axes dans la même direction au moyen d'une courroie que d'une roue intermédiaire. Concept révolutionnaire, ce recours à des courroies dans un mouvement horloger fait l'objet d'un brevet TAG Heuer mondial.


Précepte n° 2 : la masse oscillante est toujours en rotation.

> TAG Heuer invente la première masse oscillante linéaire.

La masse oscillante traditionnellement utilisée pour remonter un mouvement de montre automatique a été remplacée par une masse oscillante linéaire. Dans le cas du V4, il s'agit d'un lingot de platine de 4,25 grammes qui monte et descend une piste située entre les quatre barillets à ressort. Un engrenage situé sur la longueur de la masse engraine une roue dentée et convertit le mouvement linéaire en mouvement rotatif.


Précepte n° 3 : la majeure partie de la friction s'atténue au moyen de rubis.

> TAG Heuer optimise la réduction de la friction grâce à 39 roulements à billes.

Pour les pièces rotatives, ce sont là encore les technologies de la conception automobile qui ont été adaptées. Trente-neuf roulements à billes contribuent à minimiser la friction dans le système de transmission, en se substituant ainsi au recours traditionnel à des rubis synthétiques. Le plus petit roulement mesure 2,2 mm de diamètre pour 0,5 mm de hauteur. Les roulements renferment de petites billes de 0,25 mm de diamètre.

Mouvement V4 : une architecture inspirée des moteurs automobiles

L'énergie du mouvement est fournie par quatre barillets alignés deux par deux et reliés par un différentiel maintenu par un pont en V. Chaque barillet génère une force de 375 grammes, pour un total de 1,5 kilo. Ces barillets sont montés en V (angles de 15° par rapport au cadran), tandis que deux cardans, eux aussi empruntés au monde de l'automobile, transmettent leur énergie au mouvement. Les ponts de barillet sont en saphir, ce qui permet au mouvement d'être visible par en dessous. C'est cette conception sans égale qui vaut au modèle Monaco son nom à consonance automobile : V4.


Une conception d'avant-garde pour un mouvement d'avant-garde

L'aspect audacieux du Concept Watch TAG Heuer Monaco V4 est à l'image du mouvement révolutionnaire qu'elle renferme. La glace en saphir biseauté, fabriquée en trois dimensions, s'incurve pour rejoindre les parois du boîtier. La petite seconde se trouve à 4h30. L'élégant bracelet à boucle déployante est en alligator. La conception globale est inspirée de l'emblématique modèle Monaco, premier chronographe automatique au monde pourvu d'un microrotor, créé en 1969 et aujourd'hui encore en avance sur son temps. Porté par Steve McQueen, le gros boîtier carré du modèle Monaco original signait une rupture complète avec l'esthétique horlogère conventionnelle. Pour le nouveau modèle Monaco V4, il allait de soi de puiser dans cet héritage précurseur pour illustrer la quête incessante de TAG Heuer : s'écarter des sentiers battus de l'horlogerie. Pourtant, même sans le logo TAG Heuer, si distinctif, le modèle V4 se reconnaît instantanément comme une conception TAG Heuer.

Tout comme pour la marque, le design pur en lui-même et par lui-même constitue le principe fondateur de cette montre. A la différence des designs de mouvement traditionnels, qui relèvent habituellement de l'ornement esthétique, l'originalité mécanique du V4 découle de sa forme unique et des concepts technologiques qui en sont la source.

Symbole de l'horlogerie suisse dans ce qu'elle a de plus avant-gardiste, la montre Monaco V4 s'empare de la fière tradition d'innovation et de prestige de TAG Heuer et la propulse avec brio dans le troisième millénaire.

Montre concept TAG Heuer Monaco V4
Caractéristiques :

Transmission :
13 courroies crantées de 0,5 x 0,45 mm
39 roulements à billes de 2,2 mm de diamètre et 0,5 mm d'épaisseur

Energie :
4 barillets emmagasinant chacun 375 g d'énergie : force totale d'1,5 kg

Système de remontoir automatique :
Masse oscillante linéaire : lingot en platine de 4,25 g.

Caractéristiques du mouvement :
18 000 vibrations par heure
Petite seconde à 4h30

Caractéristiques de la montre :
Boîtier en acier inoxydable
Glace en saphir biseautée
Bracelet en alligator à boucle déployante

TAG Heuer, la référence des montres et chronographes de sport et de prestige depuis 1860, occupe actuellement la quatrième place sur le marché mondial de l'horlogerie de luxe. Cette légende de l'horlogerie suisse a toujours su tirer profit de son engagement actif dans le monde du sport pour concevoir et réaliser les instruments de mesure et les chronographes sportifs les plus précis qui soient. TAG Heuer est constamment en quête d'innovations et d'excellence, visant le summum de la performance et du prestige - des Jeux Olympiques de 1920 à son nouveau rôle de chronométreur et chronographe officiel de la légendaire course Indy 500 et du championnat IRL, du meilleur de la Formule 1 avec l'écurie West-McLaren Mercedes, en passant par la coupe Louis Vuitton et la coupe Moët avec Oracle-BMW Racing et son partenariat avec le golfeur Tiger Woods au jeu inégalé, n° 1 de la PGA.

__________________________________

Press Contact TAG Heuer International : Charlotte Walhain
Tél. : 00 (33) 1 55 80 09 22 - Fax : 00 (33) 1 55 80 09 21- Mobile : 00 (33) 6 12 22 78 87
charlotte.walhain@tagheuer.com