Accueil
Kurono Tokyo by Hajime Asaoka

Grand:Akane '茜'

Boîtier
Acier
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Cadran
Urushi avec motif 'Hamon' gravé au niiro
Etanchéité
30 m
Taille
ø 37 mm
Epaisseur
8.3 mm
Mouvement
Mécanique à remontage automatique
Réserve de marche: 40 h, 28800 alternances / heures
Fonctions
Heures, Minutes, Secondes
Référence
CB011S
Lancement
11.2020
Collection
GRAND:AKANE '茜' / Série limitée à 200 exemplaires
Prix TTC
3'570 CHF
Description

La montre KURONO Grand : Akane cherche à redéfinir la compétitivité des prix dans le domaine des montres artistiques. KURONO présente sa première horloge artisanale - la Grand:Akane - avec un cadran unique en urushi présentant un motif « Hamon (刃文) », recouvert du traitement chimique japonais traditionnel « Niiro 煮色 », puis scellé par une couche supplémentaire de suki-urushi (laque transparente).

Le résultat est un magnifique cadran à base d’urushi aux teintes rouges contrastées, qui optimise l’unique saphir à boîte épaisse pour les jeux de lumière. De plus, l’utilisation de la suki-urushi comme couche de scellement du cadran donnera lieu à différentes nuances de couleur au fil du temps, selon l’usage qu’en fait le propriétaire. Le Grand:Akane est le fruit de plus d’une année de développement et son caractère unique est créé par un maître artisan d’urushi selon le design et les normes exigeantes de Hajime-sensei.

HAMON (刃文) DESIGN 

Hamon (刃文), qui signifie « modèle de lame », est un effet visuel créé par le processus de durcissement généralement effectué sur les lames. Le modèle reproduit celui d’un terrain montagneux comportant des pics et des creux, et est historiquement considéré comme étant une preuve de l’effort du fabricant visant à réaliser un chef d’œuvre. En ce qui concerne le Grand:Akane, l’effet visuel Hamon est répété sur l’ensemble du cadran, lui conférant un contraste éthéré de rouge plus clair et plus foncé.

L’origine du Hamon remonte au 8e siècle après Jésus Christ. La légende raconte que le célèbre forgeron, Amakuni Yasutsuna, a remarqué que l’empereur et ses soldats revenaient de bataille avec des épées brisées. Après un examen minutieux et la détermination de créer une lame qui ne se briserait pas en plein combat, Amakuni et son fils ont passé 30 jours en isolement dans le but de trouver la solution, et finalement la tradition, permettant de durcir différemment les lames, donnant ainsi naissance au design du Hamon. Hajime-sensei a conçu sa vision du Hamon comme un hommage à son ascendance de fabricants de lames de samouraïs du côté patrilinéaire.

Le design du cadran est finalisé avec des chiffres arabes en argent, et le caractère « 茜 » (Akane) à la position 6 heures fait allusion à la couleur du cadran basée sur l’image d’un coucher de soleil à la couleur du daruma.

NIIRO (煮色) METHOD

Le cadran de base est métallique et sa finition est d’un rouge plus clair, semblable au coucher de soleil japonais (« daruma ») plus rouge, qui se produit généralement à la fin de l’automne ou au début du printemps. Un motif Hamon plus sombre et non métallique révèle la couleur de base en utilisant la méthode traditionnelle japonaise de traitement chimique « Niiro 煮色 ».

Niiro (煮色) se traduit littéralement par le fait de faire bouillir/griller la couleur. Il s’agit d’une technique de patinage d’une particularité historique, exclusive au Japon, qui est responsable de la coloration du cuivre et de ses alliages en métaux irogane. Cette méthode existe depuis au moins 600 ans, mais son histoire pourrait s’étendre sur plus de 1 200 ans, car elle est intrinsèquement liée à la production de certains métaux plus anciens. Il n’existe que peu ou pas de documentation sur les détails du niiro, en particulier sur les compositions utilisées pour tremper les métaux, car il ne s’agissait pas d’un produit destiné à être largement répandu, mais plutôt à être conservé et transmis au sein des cercles d’artisans japonais.

Le processus de Niiro consiste à chauffer le métal à traiter dans un liquide ou une solution spéciale. La pièce doit d’abord être extrêmement propre afin de garantir la qualité et la prévisibilité du processus, et l’ébullition/le grillage de la couleur se fait avec la pièce suspendue dans un récipient en cuivre. À terme, la couleur finale dépend de la durée de la période d’ébullition ; le rouge pouvant prendre jusqu’à 10 heures. Après ce processus de patinage essentiel, la pièce est ensuite lavée à l’eau froide avant d’être recouverte de suki-urushi pour la sceller.

URUSHI & SUKI URUSHI (透漆​)

La laque urushi est fabriquée à partir de la sève de l’arbre japonais rhus vernicifera. Pour recueillir la sève, on fait quelques entailles dans l’arbre afin qu’elle s’écoule. Une fois la sève obtenue, elle est filtrée plusieurs fois à travers des couches de papier spécial. Il en résulte une laque translucide dont la couleur varie de très claire à un ambre foncé. L’urushi, pour beaucoup, notamment les collectionneurs, est considérée comme une substance miraculeuse. L’urushi guérit naturellement par un processus d’oxydation et de polymérisation en un matériau aux propriétés remarquables pour une substance naturelle.

Lorsque la laque urushi durcit, elle absorbe l’humidité de l’air. Cela rend la surface laquée brillante et lisse en permanence. Cela la rend également très durable et capable de résister à l’érosion provoquée par l’eau, les acides, les alcalis, l’alcool et les changements de température. C’est la principale raison pour laquelle la laque est devenue une forme d’art à l’origine. Au fil du temps, l’urushi devient plus dure et plus résistante aux rayures, car le processus de polymérisation se poursuit même après la fabrication initiale.

La suki-urushi (ou laque transparente) scelle le motif Hamon sur le cadran du Grand:Akane. La lumière du soleil, et plus particulièrement les rayons UV, éclaircissent au fil du temps la couche supérieure de la suki-urushi et la rendent plus translucide, et plus chaude ou plus froide à l’ombre.