Accueil
Urban Jürgensen & Sonner

Tourbillon Répétition Minute Régulateur

Boîtier
Platine
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Cadran
Email
Etanchéité
30 m
Taille
ø 42,5 mm
Epaisseur
13 mm
Mouvement
Mécanique à remontage manuel
Réserve de marche: 40 h, 18000 alternances / heures
Echappement silicium
Fonctions
Heures, Minutes, Répétition Minutes, Secondes, Tourbillon
Référence
Ref 14 TRM E PT 1/1
Année
2014
Collection
UJS Complication / Série limitée à 1 exemplaire
Prix HT
380'000 CHF
Description

 
Le Tourbillon Répétition Minute
 
La montre permet à l'utilisateur de faire appel à elle pour signaler le temps aussi souvent que souhaité.
Ceci est accompli en appuyant sur un levier coulissant situé sur le côté du boîtier à 9 heures, activant ainsi le mécanisme de carillon. La montre utilise deux gongs
 
Le cadran régulateur
 
Le terme « cadran régulateur »  se réfère à la position centrale de l’aiguille des minutes en acier bleui, en relation avec un cadran subsidiaire indiquant le passage des heures plaçant ainsi au centre l'accent principal sur l'aiguille des minutes. La raison du terme « régulateur » dans ce cas, fait référence à la connexion au  mot «régulation». Cette position ainsi dégagée de l'aiguille des minutes permet plus facilement un réglage précis du garde temps, visuellement plus efficace au  moment ou la surveillance étroite du passage exact des minutes l’or d’étude scientifique. Dans un cadran standard les heures et les minutes se chevauche étant opérée depuis leur position centrale . De cette façon, la popularité du style cadran régulateur coïncide directement avec les progrès de la science, des affaires, de la médecine et de l’industrie en général au cours du 19ème siècle.
 
L'art du cadran émail  
 
Au 21e siècle, le mot «émail» est souvent considérée comme synonyme de tout ce qui est peint avec une finition à haute brillance, même si cela s’éloigne de la définition du métier d’origine. Même dans le monde de la haute horlogerie, émaillerie est souvent confondue avec l'utilisation de résine blanche ou coloré utilisées sur des cadrans de céramique, et celles de peintures qui nécessitent une très faible température, telle que 150°C ou 160 °C afin de se fixer et durcir.  Une mystification linguistique joue également un rôle dans la création du terme « émail à froid » utilisé pour décrire un tel travail à basse température, alors que cela n'a rien à voir avec l'artisanat traditionnel de l'émaillage.
 
D'autre part, les critères de température de cuisson élevée (700 ° à 800 ° C) utilisés dans la technique "Grand Feu" n'est pas la seule difficulté rencontrée dans la réalisation de cadran en émail de haute qualité.
 
Ces hautes températures sont nécessaires pour permettre la silice, réduite en une poudre fine et mélangés dans une émulsion, à fondre, vitrifier et prendre sa forme de type cristalline avec son éclat et profondeur exceptionnelle. En plus des températures extrêmement précises de cuisson de nombreux autres aspects influencent la création d'un cadran émail créé pour nos montres. Outre la peinture des chiffres et caractères complètement  réalisé  à main levé, durant les phases finales quatre couches de cristaux silex de fondant de verre transparents sont appliquées et passent au four individuellement. Entre chaque fournaise toutes les imperfections seront lissées de l'émail vitrifié transparent. C'est l'application de ces couches de fondant transparent, parfaitement cuite avec une exacte épaisseur sur toute la surface, qui crée la transparence, l’éclat et la profondeur d'un cadran parfait. Ce travail ne permet pas de raccourcis. Il s’agit là d’un procédé angoissant pour le maître émailleur car la possibilité de déformer le cadran ou de découvrir  des fissures naissantes augmente avec la cuisson de chaque couche. Finalement  la surface du cadran serra encore rodée et poli, un travail minutieux entièrement exécutés à la main.
 
Alors que la plupart des cadrans en émail présentent de 0,8 - 1,2 mm d'épaisseur, le cadran créé spécialement pour Urban Jurgensen et Sønner Tourbillon Répétition Minutes a une épaisseur d'un simple 0.65mm, une prouesse technique qui ne peut-être atteinte que par un grand artisan émailleur.