Accueil
Andreas Strehler

Sauterelle à lune perpétuelle

Boîtier
Or rouge
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Etanchéité
30 m
Taille
41 x 37.3 mm
Epaisseur
10 mm
Mouvement
Mécanique à remontage manuel
Réserve de marche: 78 h, 21600 alternances / heures
Fonctions
Heures, Minutes, Phases de lune, Secondes
Année
2014
Collection
Sauterelle / Série limitée à 20 exemplaires
Prix HT
96'000 CHF
Description

 
Conçu et fabriqué par Andreas Strehler dans son atelier à Sirnach, la Sauterelle à Lune perpétuelle a l'unique remontoir d'égalité  dessiné par Andreas Strehler et un affichage perpétuel de la phase de la lune.
 
Avec seulement quatre composants, Andreas Strehler atteint presque l'éternité. Seulement presque  - parce que le mécanisme de Lune perpétuelle exige un ajustement occasionnel. Pour être tout à fait précis, il nécessite un ajustement de dix minutes toutes les 14'000 ans ou d'un jour tous les deux millions d'années. Cet ajustement se règle par la couronne et fonctionne aussi en arrière.
 
La Sauterelle à Lune perpétuelle d’Andreas Strehler est l’indication de phase de la lune la plus précise qui a été construite jusqu’à présent, combiné avec un mécanisme à remontoir d’égalité unique qui maintient une énergie constante à l’échappement.
 
Techniquement, la Lune perpétuelle est basée sur la Sauterelle, déjà présenté l'année passée. Comme la Sauterelle, la Lune perpétuelle est équipée avec l’unique Remontoir d'égalité d’Andreas Strehler, offrant un approvisionnement d’énergie constant à l'échappement.
 
Remontoir d’égalité
 
Pour la première fois dans une montre-bracelet, Andreas Strehler, propose une solution mécanique qui élimine quasiment toutes les mauvaises influences techniques et mécaniques d’échappement. L'approvisionnement constant et linéaire de l'énergie au balancier est l'idéal dans l'horlogerie. Il est la base de la précision. Pour la Sauterelle, Andreas Strehler a fait son propre chemin en réalisant cette alimentation régulée d'énergie pour atteindre la solution technique la plus stable.
 
Normalement la complication force constante connue dans l'horlogerie se trouve sur la roue d'échappement. Cependant, c'est le point où le couple est moins présent dans l'ensemble du mouvement.
 
En revanche, le remontoir d'égalité de la Sauterelle est placé sur la roue des secondes. Le remontoir d'égalité laisse donc l'échappement à ancre suisse sans entrave; un échappement au point depuis de plus de 200 ans. La solution utilisée dans la Sauterelle a l'avantage que l'échappement complet, y compris la roue d'échappement tourne librement entre deux impulsions, sans être influencé ni par le mouvement ni par le train d'engrenages.
 
Chaque seconde, le satellite visible alimente la roue d'échappement avec exactement la même quantité d'énergie. En même instant, une seconde sautante est indiquée. L'énergie est accumulée à chaque seconde par un satellite en forme d'étoile à travers un ressort spiral. Une fois le mécanisme libéré, le balancier reçoit l'énergie et la roue satellite repose à nouveau contre la pierre de repos (cf. ci-joint schéma).
 
Le but du remontoir d'égalité d’Andreas Strehler était de se concentrer sur l'élimination des effets externes: les fluctuations dans l'approvisionnement en énergie, des failles dans le train d'engrenages (décharge inégale du ressort du ? barillet, la marche irrégulière du train d'engrenages ou de la minuterie) et des variations de température (viscosité des lubrifiants).
 
Différente d'une force constante avec un rapport de division fixe, le remontoir d'égalité peut être utilisé indépendamment de la fréquence du mouvement. Pour cette raison, le mouvement de la Sauterelle est à 21'600 A/h - au lieu de 18'000 A/h - résultant en une plus grande fiabilité.
 
Une dent de la roue étoile repose contre la pierre de repos. Celle-ci bloque le bras de satellite. Ce bras de satellite se trouve sur le pignon de la roue des secondes et est ainsi lié au train d'engrenage et maintenu par le barillet sous tension. Par conséquent, la pierre de repos bloque la roue satellite et le bras d’arrêt de se déplacer vers la droite et par conséquent l'ensemble train de se désarmer. La roue des secondes n'est pas rivée à son pignon (le pignon des secondes), mais tourne indépendamment. La roue de seconde est liée au ressort spiral et actionné à travers un tube dans situé au centre. De l'autre côté, la roue des secondes est liée à l'échappement. Par conséquent, la roue de seconde tourne en continu dans le sens de la montre, une fois par minute. Ainsi, elle déplace le bras d’arrêt fixée à la partie supérieure du tube de 6 degrés par seconde, également dans le sens de la montre. Avant le spiral du mécanisme de remontoir intermédiaire a perdu trop d'énergie, le bras d’arrêt avec sa pierre de repos s'est écarté assez loin dans le sens des aiguilles d'une montre afin que la pierre de repos libère l'étoile.
 
Maintenant la roue d'étoile commence à tourner dans le sens antihoraire, alimenté par le bras satellite. La roue d’étoile a un pignon à son extrémité inférieure, qui fait suite à la denture intérieure du mécanisme de remontoir intermédiaire. En tournant, elle se déplace également vers l'avant, dans la direction du bras d’arrêt.
 
Une fois l'étoile ayant pris le bras d’arrêt - et donc la pierre de repos - celui-ci est arrêté. La roue a tourné dans le sens antihoraire par une dent; le bras de satellite s'est déplacé vers la droite par 6 degrés et donc pris le bras d’arrêt qui avait dépêché en avant par petits incréments de 6 degrés.
 
Maintenant, le cycle recommence, rotation en sens horaire de 6 degrés et une dent de la roue d’étoile: La roue des secondes de nouveau tourne le bras d’arrêt de 6 degrés, l'étoile est dégagé, tourne d'une dent et de son bras satellite attrape à nouveau jusqu'à avec le bras d’arrêt.
 
Ce mouvement du bras d’arrêt a retendu ressort du remontoir et réapprovisionné les roue des secondes de l'énergie.
 
L'énergie fournie à la roue de seconde dépend donc uniquement sur le spiral la spirale ?dans le mécanisme d'enroulement intermédiaire. Ceci est retendu chaque seconde par le bras satellite. Il est donc  indépendant de la puissance délivrée par le barillet, par l'intermédiaire du train d'engrenage et le pignon de seconde au bras satellite. De cette façon, la roue d'échappement reçoit une alimentation d'énergie linéaire.
 
En outre, seulement la partie des deux ressorts-moteurs est utilisée qui dégage une force linéaire. Une fois les ressorts-moteurs vont au-delà de cette plage idéale, le mouvement est arrêté immédiatement (arrêtage sur le barillet). Ceci, combiné avec le remontoir d'égalité, conduit à une amplitude de balancier absolue constante pendant 78 heures.
 
La phase de la lune éternelle
 
Combiné avec la remontoir d'égalité, la Sauterelle à Lune perpétuelle a la plus précise indication de la lune jamais construit dans une montre-bracelet. Mis en œuvre en utilisant seulement quatre mobiles, le mécanisme de phase de lune d’Andreas Strehler atteint sa précision parce qu'il est constamment en mouvement, entraîné par le train de minuterie au contraire des mécanismes conventionnelles qui déplacé la lune qu'une fois par jour. Ce mouvement continu de la lune sur le cadran était important pour Andreas Strehler parce qu'il prend ses inspirations de la nature et d’une lune en mouvement continu.
 
En outre, Andreas Strehler combine astucieusement denture intérieure et extérieure ainsi que l'utilisation de nombres premiers pour les dentures à réaliser mécaniquement fractions complexes avec un nombre entier de dents. Cela conduit à la haute précision de la phase du mécanisme de lune.
 
D'une part, la Sauterelle à Lune perpétuelle avec toutes les conséquences de calibre suit les principes classiques de la construction de montres et les traditions pour compléter le mouvement. D'autre part, la conception et l'exécution du mouvement sont innovantes. De la meilleure solution technique se pose, les ponts délicats et presque organiques et l'apparence du mouvement. La combinaison de tous les composants résulte de la solution d'un problème technique et les nécessités de l'élégance.
 
Pour appliquer les principes classiques de construction ceci signifie qu'un mouvement d’Andreas Strehler aurait été construit il y’a cent ans, mais en utilisant différentes technologies. Les matériaux exotiques manquent complètement ses mouvements. Selon toute probabilité, ses montres peuvent aussi être réparées dans un délai de cent ans par un horloger qualifié.
 
Andreas Strehler peut adhérer à des principes de construction traditionnels, mais il les applique à l'aide de sa méthode particulière. Cela commence avec la construction du mouvement de sa platine centrale. Ceci permet l'utilisation libre des deux côtés du mouvement.
 
Beaucoup de ses solutions techniques visent à la longévité du mouvement. Le mécanisme de remontage emploie des engrenages coniques réels, le profil spécialement conçu dont les dents garantissent leur fonctionnement sans usure, l’abrasion étant réduite à presque zéro. En outre, les roues d'engrenages sont conçus avec des points de contact définies de leurs dents pour optimiser la transmission, ceci également dans le but de réduire l'usure et d'économiser l'énergie.
 
Pour la même raison, les deux barillets sont positionnées de telle manière, à éliminer la pression sur les paliers de la roue des minutes.
 
La manière qu’Andreas Strehler a choisie pour la construction et la conception de mouvements est en outre exprimée dans son vocabulaire formel qui est beaucoup plus que simplement un élément décoratif. L’aspect organique caractéristique des mouvements, relative à leur élégance à l'Art Nouveau, a des raisons valables: La solution la plus techniquement solide est le plus souvent de ne pas choisir la voie directe avec le moins de perte d'énergie du barillet au balancier.
 
La synthèse de la tradition et de la modernité se manifeste aussi par la finition des composants individuels: L’anglage à la main et le polissage a l’aire d’être très traditionnelle, mais il atteint des angles pointus aucun autre horloger ose toucher.
 
La boîte de la Sauterelle à Lune perpétuelle a 18 carats d’or rose, un verre saphir sur les deux côtés, un cadran en argent sterling, une minuterie en saphir et des aiguilles finies à la main et bleuis au chalumeau.