Accueil
Bovet 1822

Récital 16

Boîtier
Or rouge
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Cadran
Nacre
Etanchéité
30 m
Taille
ø 46 mm
Epaisseur
15.30 mm
Mouvement
Mécanique à remontage manuel
Réserve de marche: 168 h, 21600 alternances / heures
Fonctions
Heures du monde, Heures, Minutes, Réserve de marche, Secondes, Deuxième fuseau horaire, Tourbillon
Référence
DTR16-46RG-000-B3-03
Année
2014
Collection
Dimier / Série limitée à 20 exemplaires
Prix HT
260'000 CHF
Description

Ce ne sont pas moins de quatre nouveautés qui complètent en 2014 la Collection DIMIER. L’arrivée remarquée du Calibre de Spécialités Horlogères qui anime Récital 12 et Récital 15 ne s’est toutefois pas faite au détriment des autres collections ou des grandes complications qu’attendent annuellement les collectionneurs de haute horlogerie.

 

En témoigne le Tourbillon Triple Fuseau Horaire Récital 16. Les 487 composants de son mouvement ont été manufacturés, décorés et assemblés individuellement et ont nécessité pour les plus simples d’entre eux un minimum d’une dizaine d’heures de travail chacun. La cage du tourbillon requiert à elle seule 68 éléments. Parmi eux, le spiral est véritablement le coeur du mouvement. Sa manufacture traditionnelle requiert un équipement de pointe, une maitrise parfaite de nanotechnologies et surtout une expérience et un savoir-faire que seule une poignée d’acteurs détient aujourd’hui. Comme tous les mouvements que manufacture DIMIER 1738, le spiral de ce tourbillon provient de son propre laboratoire. Il permet d’entretenir les oscillations du balancier à une fréquence de 21’600 A/h.

 

Les huit aiguilles et quatre disques que compte cette grande complication ne constituent pas une entrave à la lisibilité pour les artisans des Manufactures Dimier. Brillamment réparties, les nombreuses indications respectent une logique de lecture, une symétrie, une lisibilité et une esthétique optimales. La méthode de Pascal Raffy et de l’équipe du bureau technique s’est, une fois encore appliquée au développement de ce garde-temps. Le positionnement exact de chaque indication a ainsi été défini avant que les constructeurs ne commencent l’élaboration des mécanismes les plus complexes et la disposition délicate de leurs pointages. Pour contrôler l’ensemble des paramètres de cette difficile équation en densifiant l’ensemble des mécanismes sur la surface réduite d’une platine ¾, le bureau d’étude de la Manufacture a pu se reposer sur la sensibilité de chaque artisan à des cotes et des tolérances qui s’expriment fréquemment en microns.

 

Les trois fuseaux horaires du garde-temps en occupent l’axe horizontal. Logiquement dominant, le fuseau local règne sur la superficie totale du mouvement par sa position centrale. De part et d’autre s’affichent les deux autres fuseaux horaires avec heures et minutes. Chacun d’eux est complété respectivement par un indispensable indicateur jour/nuit et un disque de 24 villes en saphir permettant d’afficher simultanément trois heures choisies sur n’importe quel fuseau que compte le globe. Si les mécanismes de ce Récital 16 sont d’une telle complexité, c’est d’abord parce qu’ils répondent à la volonté de Pascal Raffy de dispenser des informations fondamentalement utiles. Puisqu’elles se reportent conjointement aux trois fuseaux horaires, les indications de la réserve de marche et des secondes se détachent distinctement à 12H et à 6H.

 

Contrairement à la plupart des grandes complications dont les mécanismes ne sont que ponctuellement en fonction, la quasi totalité des composants du mouvement tourbillon à triple fuseaux horaire sont perpétuellement en action. Malgré les centaines de rouages dont il faut entretenir le mouvement, malgré le millier de points de pivotement que cela représente, les deux barillets garantissent une autonomie de sept jours. L’utilité de l’indicateur de réserve de marche n’étant plus à démontrer.

 

Fidèles à l’identité de la collection, les secondes se lisent sur un segment de vingt secondes (120°) parcouru consécutivement par l’une des trois fines branches de l’emblématique triple aiguille de secondes. Son choix s’impose tant pour sa pertinence chronométrique qu’esthétique puisque l’usage d’une triple aiguille préserve l’équilibre dynamique du balancier-spiral.

 

Comme il est d’usage dans la collection, les aciers finement anglés et polis à la main des mécanismes qui constituent la spécificité du garde-temps se révèlent en créant un espace ordonné et aérien. Les quatre cornes étagées du boitier, le positionnement de la couronne à 3H et le généreux sourire des ponts de cage de tourbillon scellent l’appartenance de Récital 16 à la « famille » DIMIER.

 

Au sommet de leur art, les cadraniers de la Manufacture DIMIER 1738 élèvent constamment les frontières de la perfection quelques soient le style de leur interprétation et les matériaux mis en oeuvre. Par pure cohérence en plus du subtil contraste qu’ils apportent, les index de 3H et 9H sont laqués noir car ils se reportent à la fois au fuseau central et aux fuseaux secondaires. Avec le cadran de Récital 16, comme tous ceux manufacturés pour cette nouvelle collection 2014, l’expression du talent des artisans cadraniers démontre, comme celle des horlogers, l’importance que cette année aura certainement dans l’histoire de la Maison BOVET.

 

Le cadran de ce garde-temps est à lui seul digne du statut de complication horlogère tant son développement et sa manufacture se sont révélés complexes par la somme des contraintes techniques et esthétiques. Avant-gardiste par son dessin et sa technicité, il a été manufacturé dans le respect des arts décoratifs horlogers et de la valeur portée à la qualité par BOVET depuis 192 ans.

 

Personnalisable par un sertissage de diamants ronds ou de tailles baguette une gravure à la main classique ou personnalisée, le Tourbillon Triple Fuseau Récital 16 est proposé en or rouge ou en gris 18C. Conçu par un voyageur et un collectionneur invétéré, il saura répondre aux plus exigeants d’entre eux.