Accueil
Chopard

L.U.C XP Esprit de Fleurier Peony

Boîtier
Or rose
Bracelet
Satin
Boucle
Boucle ardillon
Sertissage
Lunette, boîtier, cadran, boucle
Etanchéité
30 m
Taille
ø 35 mm
Epaisseur
7.7 mm
Mouvement
Mécanique à remontage automatique
Réserve de marche: 60 h, 28'800 alternances / heures
Fonctions
Heures, Minutes
Référence
131944-5002
Année
2017
Collection
L.U.C / Série limitée à 8 exemplaires
Prix HT
130'000 CHF
Description

La gravure fleurisanne à l’apogée de son art

Depuis 2014, Chopard propose chaque année une montre L.U.C XP destinée aux femmes qui apprécient les métiers d’art. Ce garde-temps est un modèle phare de la collection L.U.C de Chopard entièrement manufacturée en interne à Fleurier. Son diamètre de 35mm se prête à un florilège de variations délicates. Au sommet de son art, la gravure fleurisanne s’épanouit cette année sur le cadran et le mouvement de ce nouvel opus, la L.U.C XP Esprit de Fleurier Peony, édité en 8 exemplaires. Jamais l’opulence de la pivoine n’aura connu si bel hommage.

La montre L.U.C. XP Esprit de Fleurier Peony s’inscrit dans la lignée des modèles L.U.C. XPS 35mm Esprit de Fleurier et la L.U.C. XP 35mm Esprit de Fleurier Peony présentée en 2015 et en 2016. De ces deux modèles, elle reprend les codes, adoptant leurs lignes fluides et légères qui définissent un champ d’expression idéal pour les métiers d’art.

D’une fleur à l’autre

Niché dans un vallon, Fleurier est un village baigné de trois rivières dont les rives accueillent au printemps une multitude de fleurs sauvages qui lui ont donné son nom. C’est là qu’est née une tradition horlogère de bienfacture dont le renom a franchi les frontières pour acquérir en Chine au XIXème siècle un vrai renom. Au-delà de la complexité, de la fiabilité et de la précision des mouvements plébiscités par la cour impériale, la séduction qu’exercent ces garde-temps tient aussi à un procédé de gravure en relief faisant ressortir des motifs de volutes ou de fleurs que l’on dirait à peine écloses. De la simple reine des prés à la pivoine dont l’attrait fut particulièrement important sous la dynastie Tang, il n’y avait qu’un pas qui fut alors remarquablement franchi. Aujourd’hui, sur son visage comme en son cœur, le bouquet de pivoines de la L.U.C XP Esprit de Fleurier Peony fait revivre un épisode de l’histoire qui jeta une bien jolie passerelle entre deux cultures pourtant si éloignées géographiquement.

Une montre inscrite à l’école de la patience

L’artisan à qui Chopard a confié la réalisation des huit pièces proposées en exclusivité dans les boutiques de la Maison, n’a pas suivi de formation pour maîtriser la gravure fleurisanne. Et pour cause, il n’existe d’autre école à ce jour pour parvenir à maîtriser cette technique d’une délicatesse inouïe que celle qui consiste à s’y consacrer corps et âme. Consciente de la menace de disparition qui pèse sur cette technique de gravure traditionnelle, Chopard forme en interne des mains expertes à même de la perpétuer. Pour donner vie au motif exquis de la L.U.C. XP Esprit de Fleurier Peony, il ne faut pas moins d’un mois et demi de travail pour graver le cadran et le mouvement.

La noblesse du geste artisanal

Entièrement réalisé dans les ateliers de la Manufacture, le double cadran en or gris  est sculpté non pas en creux mais en relief pour obtenir un contraste avec l’arrière-plan. En incisant la matière tout autour, l’artisan dégage un espace saillant qu’il peut ensuite graver. Le fond est ensuite piqueté point par point afin de créer une apparence grenée. Il forme un écrin pour les pivoines polies qui se détachent avec éclat du cadran supérieur. Leurs pistils sont sertis de diamants qui accentuent encore le raffinement de la fleur. Le cadran laisse entrevoir les ponts du mouvement, gravés selon la même technique de gravure fleurisanne, puis dorés. Cette dorure effectuée après la gravure nécessite lui aussi beaucoup de soin et de patience. Sur le cadran, comme sur les ponts et jusque sur le micro-rotor en platine, le travail en volume est extraordinaire. La sophistication de la L.U.C. XP Esprit de Fleurier Peony se prolonge sur la lunette et la carrure, intégralement serties de diamants.

Fleurier, l’eden de Chopard

C’est dans ce village de l’arc jurassien que Karl-Friedrich Scheufele a fondé en 1996 une manufacture dédiée à la production de mouvements de haute précision. Cette décision radicale signe en à peine plus de 20 ans l’appartenance de Chopard au cercle très fermé des authentiques manufactures horlogères. Le lieu s’est révèlé propice au développement de la collection de Haute Horlogerie qui emprunte son nom à Louis-Ulysse Chopard. Le mouvement de la L.U.C. XP Esprit de Fleurier Peony bénéficie ainsi de la technologie brevetée Twin®, soit deux barillets superposés coaxiaux offrant une réserve de marche de 65 heures. Loger un tel mouvement automatique dans un boîtier extra-plat de 7,70mm est une véritable prouesse technique. Elle a été rendue possible par une ingénieuse construction avec micro-rotor qui témoigne des ressources et du savoir–faire horloger de Chopard.