Accueil
Breva

Génie 02 Air - Dual Altimeter

Boîtier
Titane
Bracelet
Caoutchouc
Boucle
Boucle ardillon
Etanchéité
30 m
Taille
ø 44.70 mm
Epaisseur
16.10 mm
Mouvement
Mécanique à remontage manuel
Réserve de marche: 65 h, 28'800 alternances / heures
Fonctions
Heures, Minutes, Réserve de marche, Secondes
Référence
G02.F.T9.MN.L99
Année
2014
Collection
Génie 02 / Série limitée à 55 exemplaires
Prix HT
120'000 CHF
Description

La Génie 02 Air est réalisée en titane noir grade 5 et manufacturée en Suisse de sa conception à sa réalisation. Son mouvement unique a été mis au point exclusivement pour Breva par le constructeur de mouvements Jean-François Mojon (fondateur de Chronode).
 
Altimètre mécanique haute performance : Paradoxalement, un altimètre ne mesure pas vraiment l'altitude : il mesure la pression atmosphérique. En 1928, l'inventeur allemand Paul Kollsman révolutionna le monde de l'aviation en mettant au point le premier altimètre barométrique précis au monde.
 
Un altimètre barométrique est en fait un baromètre conçu spécifiquement pour afficher l'altitude au lieu de la pression barométrique. La pression atmosphérique sur terre est le résultat du poids de l'air tiré vers le bas par la gravité. Plus on monte en altitude, moins l'atmosphère au-dessus de nous est importante, et donc plus la pression exercée diminue.
 
Capsules anéroïdes : Les capsules anéroïdes de la Génie 02 ont été spécialement développées selon les spécifications fournies par Breva afin d’optimiser leur précision et leur utilisation dans une montre bracelet. Les capsules sont faites avec un métal non magnétique dépourvu de mémoire de forme (invention brevetée par Breva) qui est plus léger et solide que l’aluminium et dont l’élasticité est deux fois supérieure à celle de l’acier. Les capsules sont longuement exposées à de hautes températures et à de l’oxygène pur afin de maximiser leur conductivité thermale et leur résistance à l’oxydation.
 
Les capsules anéroïdes du garde-temps Génie 02 ont été créées spécifiquement dans le but de mesurer la pression atmosphérique, pour déterminer l'altitude plutôt que la pression barométrique. Elles sont différentes de celles utilisées pour le modèle Génie 01.
Un levier, bien visible au-dessus des capsules anéroïdes, transmet la hauteur combinée des deux capsules à travers un système complexe de rouages et de crémaillères aux deux altimètres (précision et grande échelle).
 
Ajustement en cas de changement de pression atmosphérique : La pression atmosphérique peut varier avec la météo, affectant la mesure de l'altitude. En cas de mauvais temps, la pression atmosphérique chute. L'altimètre peut alors confondre cette baisse de pression avec une augmentation de l'altitude.
 
Pour compenser les variations de pression barométrique provoquées par un changement de temps ou de température, il est nécessaire de calibrer l'altimètre avec une altitude ou une valeur de pression connue. Un point de repère sur une carte topographique peut permettre de définir une altitude connue. Si il est impossible de connaître l'altitude, une valeur de pression connue peut suffire. La pression barométrique est mesurée plusieurs fois par jour, et peut généralement vous être fournie par les rapports météorologiques des aéroports.
 
Niveaux de vol
 
Un pilote doit recalibrer son altimètre en fonction de la pression de l'air d'un lieu particulier au niveau de la mer, afin de tenir compte des variations de pression naturelles dues à la météo et à la température. Si leurs altimètres ne sont pas calibrés avant un vol, deux avions peuvent voler à la même altitude et obtenir des indications différentes.
 
Pour assurer la sécurité de l'espace aérien, les avions et les aiguilleurs du ciel utilisent des niveaux de vol, soit une altitude-pression nominale en pieds divisée par 100 et toujours divisible par 500 (c'est-à-dire se terminant par 0 ou 5), plutôt que l'altitude réelle au-dessus du niveau de la mer. Par exemple, pour une altitude de 33 000 pieds on parle du « niveau de vol 330 ». Ce n'est donc pas tant l'altitude réelle au-dessus du sol qui est importante, mais la différence d'altitude entre les avions. Cette différence peut être déterminée grâce à la pression atmosphérique, il n'est pour cela pas nécessaire de connaître la pression atmosphérique au sol.
 
Les niveaux de vol permettent de contourner ce problème en définissant des altitudes basées sur une pression atmosphérique standardisée au niveau de la mer. Tous les avions qui utilisent les niveaux de vol sont calibrés de cette façon indépendamment de la pression atmosphérique réelle au niveau de la mer. Autre avantage offert par le fait de voler à un niveau de vol constant plutôt qu'à une altitude réelle constante : les performances aérodynamiques et des moteurs d'un avion dépendent de la pression atmosphérique plutôt que de son altitude réelle au-dessus du sol ou du niveau de la mer. Il est beaucoup plus simple d'équilibrer un avion pour qu'il fonctionne de façon efficace à une pression atmosphérique donnée plutôt qu'à une altitude donnée.