Accueil
Laurent Ferrier

Galet Micro-rotor

Boîtier
Or blanc
Bracelet
Cuir
Boucle
Boucle ardillon
Etanchéité
30 m
Taille
ø 40 mm
Epaisseur
10.7 mm
Mouvement
selfwinding
Réserve de marche: 80 h,
Fonctions
Heures, Minutes, Secondes
Référence
LCF-004 G
Année
2011
Collection
Galet
Prix HT
49'000 CHF
Description

Rendez-vous entre deux ponts

Le souci de se distinguer et de proposer des innovations aux passionnés de mécanique incite Laurent Ferrier à réfléchir à une architecture horlogère originale. Féru de construction, il développe des mouvements manufacturés aux attributs techniques aussi atypiques que visuellement gratifiants. Le Galet Micro-rotor Entre-Ponts cultive cette distinction. Il renferme plusieurs caractéristiques exclusives:

• un système de remontage automatique unidirectionnel micro-rotor à cliquet fixé entre la platine et le pont
de micro-rotor ;
• un échappement en silicium à double impulsion directe au balancier ;
• un système antichocs silentbloc pour la micromasse.

Une approche globale

La construction harmonieuse de ce nouveau calibre FBN 229.01 tient à l'approche globale envisagée pour chacune des pièces du mouvement, de la conception jusqu'à la réalisation. Les spécifications techniques sont extrêmement rigoureuses, Laurent Ferrier refuse tout compromis en la matière.

Inventé à la fin du XVIIIe siècle, le système de remontage automatique exploite les mouvements de celui qui porte la montre pour armer le ressort de barillet et accumuler l'énergie nécessaire au bon fonctionnement du mécanisme. Le dispositif n'a cessé d'être amélioré avec le temps.

La tendance actuelle s'oriente vers une diminution de l'épaisseur des boîtiers nécessitant des calibres plus fins. Il faut donc trouver de nouvelles solutions techniques tout aussi performantes. D'où l'intérêt de se pencher sur l'architecture d'un remontage automatique de taille réduite du type micro-rotor. Le défi de Laurent Ferrier ? Définir un équilibre fonctionnel entre une épaisseur limitée du mouvement automatique et un rendement optimisé de réarmement du barillet (ressort « moteur »). Pour cela, il a dû trouver un système qui remonte parfaitement afin de compenser l'inertie plus faible d'une petite masse oscillante. En effet un micro-rotor nécessite à peu près le double de rotations (300 vs. 150) nécessaires à l'armage d'un tour de rochet de barillet par rapport à une masse centrale.

Grâce à l'efficience de notre échappement nous réduisons d'un tiers le nombre de tours nécessaires à approx. 200 tours. Un gain appréciable pour le porteur de la montre.

L'échappement a double impulsion directe au balancier

Une problématique passionnante sur laquelle Laurent Ferrier et son fils Christian, se sont penchés. Epaulés par Michel Navas et Enrico Barbasini de la Fabrique du Temps, ils ont disposé un échappement exclusif, en silicium, à double impulsion directe au balancier, inspiré par le père de l'horlogerie moderne, Abraham-Louis Breguet. Ainsi, grâce à l'excellent rendement de cet échappement, nous pouvons réduire le moment (= couple) nécessaire à l'armage du ressort de barillet. Le remontage du mouvement est ainsi optimisé.

Que veut dire double impulsion directe au balancier ?
Inspiré des échappements à détente, notre échappement présente l'avantage de donner deux impulsions par oscillation (1 oscillation = 2 alternances). Ce qui signifie que notre fréquence de 3Hz (21'600 alternances/ heure) nous permet de donner 21'600 impulsions par heure à notre balancier.
Pour imager le propos de la double impulsion, il faut s'imaginer une balançoire :
• avec un échappement à détente vous poussez une fois la balançoire et vous attendez qu'elle revienne vers
vous pour lui donner la prochaine impulsion ;
• avec l'échappement à double impulsion vous poussez la balançoire et une autre personne la renvoie lorsque
qu'elle arrive de l'autre côté.

Un remontage efficient et dans la tradition horlogère

Le système à roulement à billes, trop bruyant, a été abandonné au profit d'un mécanisme à cliquet plus proche de l'horlogerie traditionnelle. Le micro-rotor est muni d'une masse oscillante en or, à remontage unidirectionnel. Il est fixé directement entre la platine et son pont, afin d'assurer un maximum de stabilité par rapport à un microrotor conventionnel. De plus le système anti-chocs pour la micromasse est totalement innovant avec le principe de silentbloc (la micromasse est fixée sur son axe entre deux O-rings). Par ailleurs et toujours dans l'idée d'optimiser le pouvoir remontant, le barillet est entre porté sur des rubis.

Une terminaison sublimée

Le galbe du boîtier en or massif gris ou rouge reprend les codes esthétiques épurés de la Maison. Il épouse la forme d'un galet en référence aux grandes pièces sobres et racées de l'histoire horlogère du XIXe siècle, des montres de poche notamment. Il est muni d'une couronne de remontoir de forme « boule » pour une manipulation plus agréable. Le fond est croché et démontable par l'horloger grâce à l'olivette. Son étanchéité est garantie jusqu'à 30 mètres de profondeur.

Inspiré de la montre-école de Laurent Ferrier – terminée en 1968 à l'École d'Horlogerie de Genève – le cadran argenté ou gris ardoise, avec une finition satinée verticale, est ponctué d'une petite seconde à 6 heures. Il est survolé d'aiguilles en or de forme « sagaie » pour les heures et les minutes, et de forme « bâton » pour les secondes. Il offre une parfaite lisibilité grâce à la disposition graphique des index appliques en or de forme « goutte » et de la minuterie perlée.

La terminaison exceptionnelle du mouvement est effectuée dans la plus pure tradition horlogère. En plus d'un décor en Côtes de Genève des ponts et d'un perlage de la platine, les flancs sont anglés manuellement, les bras des roues sont biseautés, les têtes de vis sont polies, les angles rentrants sont réalisés à la main au burin. Le pont de micro-rotor est poli manuellement.

Le fond en verre saphir offre un aperçu de la finesse de ce travail et révèle une architecture innovante terminée dans la tradition horlogère.

Le Galet Micro-rotor Entre-Ponts est équipé d'un bracelet en cuir d'alligator noir ou marron doublé d'Alcantara. Une boucle à ardillon ou déployante deux lames en or gris ou rouge, coordonnée à la couleur du boîtier, termine l'ensemble.

L'aube d'une promesse
Subtil mélange de mémoire du passé et de techniques actuelles, ce calibre à remontage automatique par micromasse excentrée est issu d'une conception exclusive, étudiée et testée dans nos ateliers. Il offre des qualités chronométriques exceptionnelles et démontre l'intérêt d'un aboutissement esthétiquement attrayant et mécaniquement abouti. Les collectionneurs apprécieront son design permettant de valoriser ses principaux organes.

Ainsi, avec une nouvelle construction et des matériaux de pointe, Laurent Ferrier valorise tout l'avantage de ce type de remontage qui maximise le rendu de l'énergie. Appelé à devenir la colonne vertébrale de la jeune Maison, le calibre FBN 229.01 a été conçu pour s'adapter et recevoir différentes complications à venir.